Communiqué de presse22 Décembre 2015

Accord sur le plan stratégique pour la Défense en 2030

Aujourd’hui, une décision historique a été prise pour le futur de la Défense belge.

 

Décisions de principe:

  • Nous nous positionnons comme une défense équilibrée et solidaire sur le plan multilatéral envers nos partenaires: l'OTAN, l'UE et l'ONU.
  • Un budget global de 9,2 milliards d’euro sera mis à disposition pour les projets d’investissement nécessaires pour les dimensions Terre, Air, Mer et Cyber/Intelligence d’ici 2030.
  • La Défense évoluera naturellement vers un effectif de 25 000 FTE militaires et civils, avec un âge moyen d’environ 34 ans (contre 40 ans actuellement) pour les militaires. Elle s’engagera sur la modernisation de la politique du personnel, des statuts, de la formation et du management des connaissances au sein de l’organisation.

 

Quelques points d’attention:

  • Nous tendrons vers un juste équilibre entre les coûts de personnel (50%), les coûts de fonctionnement (25%) et les investissements (25%) conformément aux normes OTAN.
  • La maximalisation du retour économique relatif aux grands investissements, tout en tenant compte des nombreuses réglementations nationales et européennes en vigueur. Ceci sera réalisé en étroite collaboration avec le SPF Economie via les connaissances, la technologie et l'emploi.
  • Les équilibres régionaux, en matière de répartition géographique des quartiers, du personnel et des capacités, seront assurés.

 

Concrètement:

  • 34 avions de chasse
  • 2 frégates
  • 6 bâtiments de lutte contre les mines
  • 6 drones; dont 2 en 2021 et 4 en 2030
  • Étude pour l’engagement d’un avion-ravitailleur
  • Un business case à élaborer pour la flotte blanche de la Défense et le SAR (Search and Rescue)
  • La composante terrestre sera complètement équipée pour exécuter ses tâches.

 

Un nouvel avenir pour la Défense :

L’autorité ne doit pas vouloir tout faire. Elle doit se concentrer sur ses missions-clé et les exercer de façon responsable et efficiente. Une de ses missions-clé est la sécurité. Telle est la base pour assurer le bien-être, la liberté et la prospérité pour chacun d’entre nous. La sécurité n’est pas gratuite. Elle ne l'a jamais été et ne le sera jamais. Au cours des dernières décennies, le budget de la défense n’a fait que diminuer. Et ce, de façon continue à travers le «dividende de la paix». Aujourd'hui, nous prenons un tournant historique.

Ces dernières années, le monde a considérablement changé. L'Europe reste un havre relativement sûr, mais l’instabilité à sa périphérie méridionale et orientale ne cesse d’augmenter.

 

L'Europe ne peut plus l’ignorer, considérant la perspective humaine, économique et sécuritaire. Elle doit être en mesure d’agir dans sa propre périphérie - indépendamment des autres acteurs mondiaux, et ce aussi bien politiquement, économiquement que militairement. La Belgique se positionnera ici comme un partenaire solidaire et fiable.

 

Citation du ministre Steven Vandeput:

“Je tiens à remercier le gouvernement pour la décision courageuse d'investir dans la Défense. La sécurité est un bien précieux, mais ce n’est pas gratuit. Et avec les décisions que nous avons prises aujourd'hui, nous pouvons donner une perspective nouvelle et pleine d'espoir à nos forces armées et à tous les collaborateurs qui, chaque jour, donnent le meilleur d'eux-mêmes.

La première étape majeure a été franchie, mais il reste encore beaucoup de travail. Dans les mois à venir, en collaboration avec l’état-major de la Défense, j’élaborerai un plan directeur dans lequel nous détaillerons les mesures que nous mettrons en œuvre dans cette législature. Nous allons lancer des procédures d’appel d’offres en vue de concrétiser les décisions gouvernementales. Entretemps, nous continuons la poursuite de la rationalisation des structures et des processus, nous continuons à recruter des jeunes et nous allons continuer à faire preuve de solidarité envers nos partenaires dans les opérations."